L’entreprise Saumon de France sous les projecteurs de la CCI Normandie

Le N° 23 de la revue de la CCI Normandie ” Normandinamik” daté de nov-déc 2017 consacre un article à l’entreprise Saumon de France intitulé ” comme un poisson dans l’eau” avec pour sous-titre : un leader français de l’aquaculture et de l’aquaponie se déploie avec ambition.

CCI-normandie-saumon-franceLe saumon est un aliment qui figure de plus en plus dans les menus des Français. Mais la qualité n’est pas toujours au rendez-vous, et le pays à la traîne sur l’aquaculture, pourtant en forte croissante partout dans le monde. « Nous avons tous les atouts pour être un des grands pays du secteur, mais on ne sent pas un intérêt, une volonté des pou­voirs publics d’encourager la croissance du secteur, pénalisé par ses contraintes réglementaires ou administratives », dé­plore Pascal Goumain. Il a repris avec ses associés d’Aquaponic Management Project (AMP) en 2014 une ferme aqua­cole au large de Cherbourg, sous le nom de Saumon de France.

cci-normandie-pascal-goumainNous voulons sortir des poissons qui soient des best-sellers

L’installation ne tourne pas encore à plein régime, l’empoissonnement est faible, les récoltes peu abondantes. Mais il n’est pas question pour les équipes de Saumon de France de chercher à forcer les cycles na­turels. « Il faut trois ans entre l’ceuf et la récolte. On va donc remonter petit à petit.

Nous totalisons de 200 à 300 tonnes de production, à peine 10 % des capacités de la ferme. Nous serons très heureux déjà d’arriver à 1 000 tonnes », prévoit Pascal Goumain. La montée en puissance ne remettra pas en cause les qualités tech­niques et gustatives des saumons; une faible densité (pour le bien-être des pois­sons), une alimentation sans OGM, anti­biotiques ou pesticides, des courants forts qui musclent l’animal et diminuent. son taux de graisse, au total une teneur importante en protéines et oméga-3, la qualité est au rendez-vous, d’autant plus que la proximité entre la ferme et l’usine de transformation garantit la fraîcheur au moment des expé­ditions. À terre, se trouve aussi une instal­lation qui assure le grossissement des ale­vins, qui seront ensuite transférés en mer plus gros, plus robustes, avec un meilleur taux de survie et permettant une récolte plus efficace et clésaisorinalisée.

Le métier reste toutefois exposé aux aléas, qui ont déjà par le passé, lourdement péna­lisé l’exploitation : la pollution, la maladie peuvent frapper. a Il est dangereux d’être monosite. Nous devons créer d’autres élevages pour diversifier le risque », aver­tit Pascal Goumain. C’est un des axes de croissance de Saumon de France, avec la Création d’une boutique du saumonier, qui réunira au même endroit la production, la transformation et la vente. Un site intemet marchand, en pleine croissance, contribue aussi à faire connaître la marque. « Nous voulons sortir des poissons qui soient des best-sellers », résume le dirigeant.

Du poisson au légume

Saumon de FranceL’autre grande innovation de l’entreprise est l’aquaponie. Pour faire simple, cette technique met en symbiose les poissons et les végétaux dans un cycle vertueux. Les déjections des poissons servent d’en­grais pour les végétaux, qui filtrent l’eau, laquelle est réinjectee dans les bassins. L’expression la plus parfaite de l’économie circulaire.
AMP exploite une serre pilote en Anjou et vient d’être sélectionné dans l’appel à projet « Réinventer la Seine », au sein du dossier porté par la Financière Pichet, « les quais en Seine », sur la presqu’île Frissard. Au milieu des résidences touristiques et étu­diantes, on trouvera une ferme aquapo-nique conçue par AMP. « Cela va nous donner une grande visibilité », constate Pascal Goumain. Laquaponie est dans l’air du temps, au confluent. de cette tendance forte d’agriculture urbaine. Mais qui ne s’improvise pas r Il faut des compétences pour faire marcher ce type d’exploitation. Nous avons notamment modernisé la tech­nologie avec du monitoring pour contrôler la qualité de l’eau. Nous sommes des aqua-culteurs, nous savons comment élever des poissons ». De plus, l’aquaculture ne fonc­tionne pas pour tous les aliments les to­mates, les fraises, les herbes aromatiques sont parfaitement adaptées aux éléments nutritifs apportés par les poissons.
Atelier de transformation Saumon de FranceEn plus du Havre, et après avoir monté une ferme éphémère gare de l’Est, AMP a gagné des appels d’offres à Villepinte, à la Défense, et commence à regarder à l’inter­national, car la demande est forte partout dans le monde.

A savoir :  Pour accélérer son développement, AMP s’est adossé à un partenaire financier, l’Occitane.« C’est un groupe familial qui cherche à accompagner des PME en financement et en savoir-faire», précise Pascal Goumain. Le groupe soutient également Pierre Hermé. Le célèbre pâtissier et Saumon de France seront les deux acteurs d’un flagship (boutique test) qui sera ouvert sur les Champs-Élysées dans les prochaines semaines. Une très belle exposition pour faire connaître la qualité des saumons made in Cherbourg.

En savoir plus : consulter l’article de la CII consacré à Saumon de France au format PDF 

contacts :
www.saumondefrance.fr
www.amp-aquaculture.com

Crédit photos : Antoine Soubigou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *